Coaching homme & psychothérapeute – Etre un homme aujourd'hui, coaching de vie à Strasbourg

Prendre votre place de père

Avr 20

Prendre votre place de père

Vous voudriez être un bon père ?

Mais la principale qualité d’un père ce n’est pas la bonté. Un père c’est quelqu’un qui se tient droit, prenez-le au sens figuré comme au sens corporel, et qui indique à son fils et à sa fille la direction qu’il faut tenir à savoir la verticalité. Un père et non pas un bon père c’est quelqu’un qui indique ainsi le sens c’est à dire vers le haut.

Mais il est impossible de se tenir droit pour un homme, sans un projet, une mission, qui donne un sens à sa vie, et qui donne chaque jour une direction.

Tous les pères, ceux en tout cas qui croient en leur mission, ont en tête quelque chose qui ressemble à ce que je viens de dire, même inconsciemment.

Mais nous ne savons pas toujours en quoi cela consiste, et cela pour la raison que nous n’avons pas forcément eu soi-même un père qui nous a montré le sens de la croissance vers le haut, et que nous avons vu donner un sens à sa vie.  Et quand nous n’avons pas eu la chance d’avoir un père qui nous a montré la direction et qui nous l’a montrée, non pas en la pointant du doigt mais en étant lui-même dirigé,  alors on est obligé d’apprendre par soi-même.

En quoi consiste votre rôle de père ?

Voici deux difficultés très fréquentes pour les « nouveaux pères » :

  1. D’abord identifier et différencier les comportements paternels et maternels, la place du père, celle de la mère.
  2. La deuxième difficulté c’est que faute de savoir en quoi cela consiste d’être père, vous n’êtes pas tout à fait installé à votre place, et certains autres viennent vous marcher sur les pieds.

Pour nous aider, imaginons une femme enceinte se caresser le ventre ? Vous avez déjà vu cela probablement! Qui caresse-t-elle ? l’enfant ou elle-même ?

Les deux en même temps, l’enfant bien sûr, mais à travers elle. L’homme de son côté peut parler à l’enfant. L’enfant entend sa voix. Cela aura une influence dans la relation qui se crée après la naissance.

Voilà ce que cela nous dit :

Pendant la gestation, la position de l’homme et celle de la femme sont différentes, l’homme est à l’extérieur, la femme et l’enfant sont un seul corps.

Pendant l’allaitement, le père peut être présent. Le rapport au corps de l’enfant est encore d’extériorité. C’est dire comme la relation père / enfant est une construction, et que la femme peut lui refuser l’accès à l’enfant, alors que le père ne le peut pas.
Et le sexe : celui de l’homme est à l’extérieur, celui de la femme est à l’intérieur. Croyez-vous que cela peut n’avoir aucune influence sur les comportements masculins et féminins ?

Des signes : traditionnellement, pendant un baiser, la femme ferme les yeux ; de même le plus souvent quand elle jouit ; l’homme par contre garde les yeux ouverts. Mon point de vue est qu’il s’agit de plus que de stéréotypes. C’est une différence de nature.

Cette position d’extériorité permet au père d’exercer la fonction de séparer la mère et l’enfant. Sans quoi la relation risque de rester symbiotique.

Des signes que vos enfants ont besoin de vous comme père.

Voici d’abord quelques signes chez vos enfants qui peuvent vous montrer vous prouver que votre positionnement paternel est à ajuster.

  • L’énurésie nocturne, plus fréquente chez les garçons.
  •  L’agitation, l’agressivité, les bagarres incessantes entre vos enfants.
  •  La dépression surtout chez les filles.
  • Le harcèlement subi car les harceleurs ne choisissent pas leur victime par hasard mais parmi ceux où ils décèlent une fragilité, une incertitude.
  • L’inhibition, l’isolement.
  • Le comportement destructeur à l’école ou au collège ou au lycée en particulier quand les professeurs visés sont des hommes quand il s’agit d’un garçon
  • Les fugues plus fréquentes chez les filles.
  • La prédélinquance.
  • L’addiction.

 C’est une liste non exhaustive.  Beaucoup de ces comportements manifestes sont à considérer comme un appel au père un appel à la loi : papa occupe-toi de moi, papa parle-moi de toi, parle-moi de la vie, des grands questions existentielles, ou encore, papa protège-moi de mes pulsions.

Lorsqu’un de vos enfants, ou plus, manifestent des signes comme le défaut d’affirmation de soi il est bien possible que vous puissiez retrouver ce signe chez vous.  Et il suffira que vous changiez pour que l’enfant change lui aussi.  Car les enfants absorbent ce que nous sommes, parfois presque directement comme ils l’ont fait avec le lait de leur mère. 

En quoi consiste concrètement la fonction paternelle ?

La séparation, entre l’enfant et sa mère, c’est s’adresser à l’enfant d’une position d’extériorité par rapport à la mère. Elle suppose d’être soi-même séparé, de s’être préalablement séparé.

Cela se situe moins dans l’interdiction que dans la création de relations positives qui permettent au garçon de construire son identité d’homme et à la fille son identité de femme.

Distance ? Quelle est la bonne distance ? Cela ne veut pas dire ne pas communiquer, ne rien faire ensemble. Il s’agit d’une différence de positionnement intérieur : elle découle de la claire conscience qu’avec vos fils vous êtes du côté des hommes.

Être père avec un garçon.

  • Des moments exclusifs Père/Fils: cela participe de la construction de l’identité masculine du fils.
  • Une proximité corporelle. Être un corps et en jouer avec son fils chastement. Le corps est le fondement de l’identité masculine. Si vous êtes bien dans votre corps, et fier, le fils le sentira.
  • L’accompagnement dans les moments importants de sa vie.
  • Aborder les sujets existentiels et planétaires, à partir des interrogations du garçon.
  • Formuler et faire vivre les valeurs qui encadrent l’existence, dans les conversations, et par les actes, en prenant en compte le point de vue masculin.

Être père avec une fille ?

Avec une fille vous êtes chacun de part et d’autre de la limite entre les sexes. Il s’agit d’établir une relation qui repose de votre côté sur une distance intérieure, la distance qui manifeste la conscience de l’autre, et celle de l’autre sexe.

  • Respecter son intimité, et refuser ce qui pourrait, même venant de sa part, vous y introduire.
  • Accompagner votre fille dans tout ce qui prépare son intégration sociale, avec la même attention qu’avec un fils, manifestant ainsi, dans le respect des différences, votre désir de sa réussite à égalité avec les garçons.
  • Formuler et faire vivre les valeurs, qui encadrent l’existence dans les conversations, comme pour les garçons.

Cette relation complètement chaste permettra à votre fille d’entrer plus tard dans une relation vraie avec un homme, de sa place de femme.

Dans les deux cas, fille et garçon, le positionnement paternel à construire donne implicitement à ressentir l’écart générationnel : vous êtes géniteur, ou père adoptif, c’est-à-dire auteur, ce qui légitime votre autorité. Donc évitez le copinage. Pas de complicité, surtout pas avec votre fille. Mais l’humour oui!

Evidemment cela demande que, comme père, vous soyez présent.

Et dans le couple parental être père c’est:

  • Être présent à la mère de l’enfant.
  • Avoir une vie de couple. C’est manifester dans les faits que la mère n’appartient pas à l’enfant.
  • Etre unis dans l’éducation : s’accorder sur les valeurs et les buts de l’éducation. Eviter de s’opposer à ce sujet devant vos enfants.
  • Protéger la famille contre les intrusions diverses en particulier celles des parents de l’un et de l’autre. Et garder un œil sur les entrées et les sorties du territoire familial : entrées physiques, entrées virtuelles par internet.
  • Ménager des moments de convivialité qui regroupent toute la famille.

Comment faire pour construire un positionnement paternel juste, quand vous n’en avez pas eu un  exemple valide?

About The Author

Abonnez-Vous à notre Newsletter

Recevez régulièrement des articles vivants sur le masculin aujourd'hui des informations et des conseils