Coaching homme & psychothérapeute – Etre un homme aujourd'hui, coaching de vie à Strasbourg
Fév 11

Hommes et Femmes Différents et Égaux?

Difficile alchimie

 Peut-on être égaux tout en étant différents?

Dans le courant de la sociologie des genres, on rejette avec énergie les différences, au motif que la mise en relief des différences servirait de masque à un point de vue qui justifie les inégalités. L’autre argument est que beaucoup de différences de comportements, en particulier ceux liés à l’agressivité, sont le résultat d’une idéologie : les stéréotypes de la masculinité toxique.

Il est vrai qu’une différence est toujours susceptible de produire une inégalité dans un certain contexte. C’est gênant si on tient à une égalité parfaite.

Par exemple la différence de taille : un individu qui mesure 2m est favorisé pour mettre le ballon dans un panier de basket, par rapport à un individu qui mesure 1m70. D’où les joueurs de basket sont presque toujours très grands. Petits et grands sont inégaux pour le basket. Mais un homme de petite taille a lui aussi des avantages : au rugby les demis de mêlée sont très souvent de petite taille, ils captent plus facilement le ballon, au sortir de la mêlée.

Mon but ici est de vous donner les informations essentielles sur la question pour vous aider à vous faire non pas une opinion, que vous pourriez arborer dans une discussion mondaine, mais un jugement qui vous permette de vous positionner dans la réalité.

Différents et égaux

 Je ne suis pas neutre. Et je préfère par honnêteté donner tout de suite ma position : hommes et femmes sont différents, en sexes, en genres, et égaux en droit. C’est une base. La construction des genres masculin et féminin s’enracinent dans les différences corporelles, et les différences de fonction dans la procréation,médiatisées par les cultures et l’éducation. Ces différences, certaines arbitraires,c’est-à-dire entièrement construites, sont nécessaires à l’identification de l’enfant soit au genre masculin, soit au genre féminin.

Je me suis documenté à des sources de différentes origines, du côté des sociologues des genres, par exemple un recueil d’articles de chercheurs dirigé Catherine Vidal Féminin-masculin : Mythes scientifiques et idéologie – Belin 2006 et d’un point de vue presque opposé le livre de Gérald Hutter : La différence entre l’homme et la femme : une réalité indéniable Le souffle d’or 2012 Et  des sources très pointues comme cet article : sex differences and reproductive hormone influences on human odor perception.( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2693767/). Mais je ne donne pas une bibliographie en règle, car mon article n’a pas de visée scientifique. Il vous informe et vous aide à prendre position.

Différents et inégaux.

Dans les sociétés traditionnelles,les droits, les comportements des deux sexes étaient déterminés, et chacun s’y conformait sous peine de transgression et déchéance. L’homme tenait un rôle. On peut appeler cela aussi un masque. Par exemple en France la conformation au rôle attendu passait par le service militaire, qui y avait une fonction d’initiation à la virilité et la guerre. Les hommes possédaient des droits que les femmes n’avaient pas :droit de vote, droit d’avoir un compte en banque sans l’autorisation de leur conjoint…Les personnes qui ne pouvaient ou ne voulaient pas se conformer à cette norme, comme les homosexuels, étaient brimés voire persécutés

Les hommes jouaient un rôle, maintenant ils ont à inventer le personnage, c’est-à-dire écrire la pièce qu’ils vont jouer, non à partir de rien, mais à partir du legs qu’ils portent,et de ce qui a été façonné en eux par les circonstances et les expériences de leur vie. C’est plus difficile.

Quelles sont ces différences ? D’où proviennent-elles ? Qu’est-ce qui fait l’homme ?

Le matériel génétique masculin et féminin.

Le chromosome Y détermine le sexe de l’enfant à naitre : XX : une fille, XY un garçon. Il existe des variantes, par exemple XXX, qui déterminent des personnes qui ne sont ni hommes ni femmes; d’où, dans quelques pays la décision de créer un 3ème genre. Le chromosome Y : 20 gènes en tout alors que les autres chromosomes communs aux hommes et aux femmes portent des centaines de gènes. Parmi ces 20 gènes 11 sont décisifs pour la fabrication de la testostérone dans les testicules. Petit le Y mais décisif

Les différences corporelles entre hommes et femmes.

 Les hommes sont plus grands de 6cm en moyenne. Mais à l’intérieur de chaque sexe l’écart de taille entre les plus petits et les plus grands est beaucoup plus important. Les extrémités(pieds ,mains) des hommes sont plus grandes plus longues.

D’autres différences corporelles (pilosité, odeur, répartition de la graisse, et le comportement typiquement masculin) sont directement liées à la production de testostérone.Ces caractères disparaissent en l’absence de sécrétion de testostérone, comme le montre le cas des eunuques.

Les différences Hommes/Femmes dans les comportements.

Sont-elles prouvées ? Si oui sont-elles uniquement culturelles ou prennent-elles racine dans le physiologique et le biologique génétique ?

Voici un lot de spécificités masculines, réelles ou supposées : les hommes sont réticents à demander leur chemin, ne parlent pas de leurs émotions, garent plus facilement leur voiture en faisant un créneau, les hommes pensent logiquement,sont plus agressifs, arrivent moins à tisser des relations, sont plus enthousiastes pour le sport et la compétition, ils souffrent deux fois moins d’attaques de panique et de dépression, sont deux fois plus souvent que les femmes alcooliques et drogués, souffrent quatre fois plus de troubles de la « personnalité antisociale », ont une plus grande difficulté que les femmes à contrôler les impulsions provenant du cerveau limbique.

Les hommes arrivent mieux à systématiser et s’intéressent davantage au fonctionnement des choses mais ils sont moins capables d’empathie. Chez la plupart des hommes la motricité fine est moins développée, mais au tir ils atteignent plus souvent la cible et s’orientent mieux dans l’espace. En groupe ils ont davantage tendance à entrer en concurrence, et à créer des hiérarchies. Leur capacité de communication verbale est moins bonne, ils sont plus extravertis.

Ces différences se traduisent dans des chiffres de taux de mortalité : Taux de suicide :les hommes représentent 75% des suicides, 75% des décès dans les accidents de la route ; mais ce chiffre ne tient pas compte du nombre de kilomètres parcourus. 88% des homicides sont commis par des hommes. 96% des détenus sont des hommes. Et 80% des élèves décrocheurs sont des garçons.

Les femmes ont-elles plus d’aptitude au langage, et à la relation ?

La femme est souvent présentée comme ayant plus d’aptitudes aux langages. Cette affirmation provient de la conclusion d’une étude datant de 1995 et qui utilisait la technique de l’IRM (Imagerie cérébrale par résonance magnétique). L’expérience reposait sur la comparaison de l’activité cérébrale de 19 femmes et 19 hommes durant un test de langage. Les résultats ont montré que les hommes utilisaient tous l’hémisphère gauche, alors que 11 des femmes utilisaient les deux hémisphères. Un constat suffisant pour bâtir des conclusions sur l’utilisation optimale du cerveau féminin dans ce genre d’exercice. D’autres équipes de recherche ont souhaité contribuer au débat. Un bilan de ces travaux a été publié en 2008 : d’après une trentaine d’études comparant des centaines d’hommes et femmes, il n’y a aucune différence statistique dans la répartition des aires du langage. Une nouvelle étude plus récente a également conclu en ce sens.

 Cela contredit ce que je dis ailleurs dans ce même article ? Oui, mais relisez bien ce paragraphe : les expériences mesurent l’utilisation du cerveau, ou la répartition des aires de langage, non la communication elle-même. Bien souvent les études scientifiques nous donnent un résultat indirect sur la question que l’on se pose, et bien souvent l’étude porte sur une question extrêmement étroite, et c’est par extrapolation qu’on lui fait répondre à une question plus générale :l’étude est menée selon un protocole scientifique, mais l’utilisation qu’on en fait est souvent destinée à prouver un parti pris.

Les femmes sont-elles plus capables d’effectuer plusieurs tâches en même temps ?

C’est une idée très répandue.Elle est devenue une théorie en 1982, lorsque des anatomistes avaient observé que le faisceau de fibres qui relient les deux hémisphères était plus large chez la femme. Mais cette étude, qui a eu une portée médiatique énorme, portait sur 20 cerveaux seulement, et qui plus est, conservés dans le formaldéhyde.Depuis, les méthodes de mesure ont beaucoup évolué et d’autres travaux ont montré que cette conclusion était « largement erronée ». https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=differences-cerveaux-feminins-et-masculins

Les hommes sont-ils plus capables de s’orienter ?

 Même en ce qui concerne les capacités d’orientation, les études sont contrastées. Alors que la croyance, ou la conviction, que l’homme est supérieur dans ce domaine, est très répandue, les études récentes ne le confirment pas. Une publication datant de 2000 et portant sur 12 sujets avait démontré que les hommes se repéraient mieux dans un labyrinthe virtuel rectangulaire. Trois ans plus tard, cependant,une équipe de chercheurs avait infirmé cette conclusion en utilisant cette fois un labyrinthe circulaire. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=differences-cerveaux-feminins-et-masculins

Le cerveau masculin et le cerveau féminins sont-ils différents ?

 entre les cerveaux des fœtus filles et garçons, affirme Catherine Vidal, neurobiologiste et directrice de recherche à l’Institut Pasteur. Les gènes qui permettent de construire les hémisphères cérébraux,le cervelet et le tronc cérébral sont en effet indépendants des chromosomes X et Y. Le schéma structurel est donc exactement le même. » D’accord pour le schéma structurel mais ce n’est pas à ce niveau que se jouent les différences de comportement. https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=differences-cerveaux-feminins-et-masculins

Le cerveau des Hommesest en moyenne plus grand, cependant les capacités intellectuelles ne sont pas fonction de la taille du cerveau. Le cortex des hommes est moins plissé que celui des femmes, et les connexions entre les deux hémisphères cérébraux sont moins développées. Plus précisément le cerveau des hommes certaines régions du cortex frontal et surtout le cortex orbito-frontal sont moins développés ce qui aurait une influence sur la capacité plus faible à contrôler les impulsions provenant du cerveau limbique.

Mais le cerveau est malléable, en relation avec les activités, et le développement est différent selon les individus. En clair le cerveau se construit dans les apprentissages, par création de neurones et par constructions de nouveaux réseaux, pour de nouveaux schèmes d’action ou d’activité, et en interaction avec le corps. Quand l’activité soulève l’enthousiasme les cellules émotionnelles qui se trouvent au plus profond du cerveau sont aussi stimulées. « Les cellules qui y sont activées libèrent aux extrémités de leurs prolongements des substances chimiques neuro-plastiques  dont l’effet contribue à frayer et à ancrer les circuits neuronaux et les connexions synaptiques » qui sont des processus particulièrement actifs quand nous vivons une expérience réjouissante. Et ces expériences sont ancrées profondément dans la mémoire.

Cette malléabilité du cerveau, la capacité que nous avons hommes ou femmes, à le construire, à développer certaines régions, en pratiquant certaines activités, militent pour une relative indépendance des nos capacités, compétences et comportements, par rapport à ce qui nous est donné à la naissance, par exemple le sexe. Non pas une indépendance absolue.

Oui mais quelles sont les causes des différences de comportement des genres ?

 Le point de vue des sociologues des genres,

  et des militants de l’indépendance des comportements genrés par rapport à l’identité sexuelle.

  Selon eux, les différences de comportement sont culturelles et largement dues à l’éducation,en fonction des attentes différentes que l’on a des garçons et des filles, et des stéréotypes de genres sur lesquels on se cale. Une mère se réjouit des turbulences de son garçon : cela confirme qu’il est vraiment un garçon car il a un comportement de garçon.

Mais pourquoi a-t-elle cette attente ? Peut-être parce que, effectivement, les garçons et les filles ont en moyenne des comportements différents…

Miraculeuse et diabolique testostérone.

 La cause n’est pas directement génétique, mais indirectement par l’intermédiaire du système hormonal différent selon les sexes, qui lui est génétique. La production de testostérone, dans les testicules, est à l’origine des différences anatomiques et physiologiques entre hommes et femmes. Mais aussi de différences de comportements : cette substance joue un rôle dans la libido, mais aussi agit sur l’agressivité. La libido masculine est ainsi associée à de l’agressivité, à un tempérament entreprenant, qui nécessite d’être tempéré et canalisé, …civilisé.

« les garçons jouent timbales et trompettes les filles violons et flutes. Avec le même orchestre le même matériel génétique est utilisé différemment par les garçons et par les filles. Les garçons sont plus impulsifs dans leurs premières années, ils développent une plus grande capacité à s’imposer que les filles,prennent plus souvent les jouets des autres, se passionnent davantage pour les voitures les objets mécaniques et les locomotives et au plus tard à partir de trois ans ils ont un intérêt croissant pour ce qui est interdit, pour le franchissement des limites et la bagarre…ils ont légèrement plus excités, ils débordent un peu plus d’énergie ».

Conclusion : l’attirance mutuelle des hommes et des femmes, repose sur la différence.

La valeur humaine n’est pas quantifiable. Elle ne peut légitimer aucune inégalité. Tout dépend de ce à quoi on attache le plus d’importance. Si la capacité d’attachement et l’empathie, la capacité à être en relation authentique avec un autre sont privilégiées , alors les femmes ont, en moyenne, un avantage.

N’est-ce pas pour cela qu’un homme, en moyenne, désire une femme ?

Si la capacité à produire, à créer, inventer, entrer en action, est privilégiée, alors les hommes ont en moyenne un avantage.

N’est-ce pas pour cela qu’une femme, en moyenne, désire un homme ?

Les hommes et les femmes sont différents, c’est pour cela qu’ils s’attirent mutuellement. Ensuite lorsqu’ils forment un couple, la complémentarité est un avantage. A condition de reconnaître les différences, de les aménager, de les négocier, voire de les cultiver.

 Tout est pour le mieux  dans le meilleur des mondes… ?

Ce qui complexifie le tableau, c’est l’irréductible singularité de chaque personne, et les inévitables frictions, ou surfaces de frottement entre deux êtres différents,en particulier dans un couple.

Mais quelle richesse !

Et une résolution à prendre : Construire sans complexe sa masculinité personnelle authentique.

About The Author

Abonnez-Vous à notre Newsletter

Recevez régulièrement des articles vivants sur le masculin aujourd'hui des informations et des conseils