Coaching homme & psychothérapeute – Etre un homme aujourd'hui, coaching de vie à Strasbourg
Juin 18

Vous voulez le bonheur? Huit conditions…2

Les conditions pour devenir déterminé, proactif et réussir ce que vous entreprenez.(2)

Voici les quatre suivantes.

Les  bâtisseurs d’autrefois dans le monde méditerranéen, et jusqu’au Taj Mahal en Inde, ont construit des coupoles qui représentent la voute céleste sur quatre ou huit piliers.

Vous aussi prenez de la hauteur…

…en construisant ces piliers qui constituent votre socle personnel.

5 Être en mouvement

Donnez un sens à votre vie pour vous mettre en mouvement.

Vous souffrez d’ennui ? d’un sentiment d’inutilité ? d’anxiété ?

Vous avez une tendance à la nostalgie, et à rejeter la nouveauté ?

Vous évitez les changements ?

Sur le fond, nous souffrons tous de deux angoisses inévitables :

L’angoisse de la vie, l’angoisse de la mort.

L’angoisse de la vie : elle nous empêche de « nous jeter à l’eau » : que va-t-il se passer ? J’ai peur de rater? Or vivre, c’est prendre des risques !

Cette angoisse est aussi provoquée par une trop grande émotivité, car toute action, toute parole, est source d’émotion.

L’angoisse de la mort, cette perspective effrayante (comment ? même moi je vais mourir?). La protection contre cette perspective c’est d’être tourné vers le passé, de projeter dans l’avenir, en fait, le passé. C’est d’avancer à reculons. C’est aussi la fusion. La névrose en quelque sorte ! Cela ne protège de l’angoisse de la mort que pour accroître celle de vivre.

Je ne connais qu’une solution pour sortir de ce dilemme et avancer en regardant droit devant :

Avoir en projet, une vision, une perspective de construction, un avenir personnel. Et se mettre en mouvement pour y aller.

Être en mouvement c’est quoi ?

C’est donner un sens à sa vie, qui donne une direction à vos actions, c’est rencontrer des obstacles ou des opportunités, des adversaires ou des alliés, des concurrents ou des partenaires, c’est faire avec ce qui vous arrive et que vous n’avez pas prévu. C’est faire de sa vie un roman que vous écrivez vous-même au fur et à mesure que vous avancez.

Il faut parfois un déclencheur extérieur pour contacter son désir, libérer son énergie et se mettre en mouvement.

D’autant que laisser venir son vrai désir, cela fait peur ! On peut découvrir un désir qui nous dépasse!

Je vous suggère :

  • Faire le vide en vous, pour laisser venir ce qui vous anime.
  • Procéder par tâtonnements.
  • Formuler votre vision de votre avenir.
  • Instaurer une discipline quotidienne : pour vous maintenir sur votre route. Gymnastique, méditation, prière, yoga, exercices vocaux, jogging etc… à chacun de choisir ce qui soi convient.

6 Être un homme

Construisez votre style personnel d’être au masculin.

Êtes-vous à l’aise avec votre masculin /viril ?

Pourquoi y a-t-il deux mots ? C’est historique. Lié à la domination masculine. Viril a désigné les qualités qui sont associés à cette domination : pouvoir, force, violence, rivalité et un certain comportement sexuel, car, dans ce contexte, c’est « l’homme qui prend la femme ».

Quoi garder de tout cela ? Je vous propose cette vision :

Virilité.                Initiative             Détachement              Sûreté.

Virilité : c’est la capacité à l’érection, qui permet la pénétration, la procréation, et la jouissance partagée. Elle nécessite une certaine agressivité, propre aux hommes en relation avec la production de testostérone. Agressivité au sens étymologique d’aller vers et non d’agresser.

Initiative. Bien que cela paraisse archaïque, il reste qu’on attend plus de l’homme qu’il prenne l’initiative dans la relation. Évidemment cette dissymétrie façonne ensuite le masculin… Et le féminin.

Détachement. Ce qui est central dans la distinction homme/femme c’est la position d’extériorité de l’homme. A la fois par son sexe, extérieur à son corps, et par sa place pendant la gestation et l’allaitement. Le détachement est une posture dérivée de l’extériorité. Et l’humour est une forme de détachement.

Sûreté. Pendant la gestation et l’allaitement, une femme a besoin de protection et d’attention. Cela influence le positionnement de chacun dans la relation dès qu’elle se construit. Une femme recherche souvent chez un homme un appui, une épaule « accueillante et sûre ».

Si vous n’êtes pas suffisamment affirmé dans votre positionnement masculin, un grand chantier de travail personnel s’ouvre devant vous.

7 Être reconnu.

Développez les compétences nécessaires pour réussir et être reconnu.

La reconnaissance est indispensable à l’estime de soi. On vous reconnait les compétences, les actions et les paroles justes, qui prouvent que vous êtes bien à votre place. Par exemple la place de père, la place d’homme, la place de manager, de dirigeant, celle de président de la république, celle de l’ouvrier ou de l’artisan, expert, fier de son métier.

Oui mais il y a des conditions à cela.

La première condition c’est la compétence.

Voici neuf des qualités et compétences à construire, et à mettre en œuvre tant dans votre vie personnelle que professionnelle. Vous devez faire vos preuves !

  1. Avoir une direction.
  2. Être organisé.
  3. Gérer son temps avec réalisme.
  4. Gérer son stress, ses émotions.
  5. Gérer les situations de communication avec une personne stressée ou émotive.
  6. Prendre des engagements envers soi-même et les tenir.
  7. Idem envers autrui.
  8. Assurer (être compétent, efficace).
  9. Être empathique : connaître les besoins de sa/son partenaire, compagne, épouse, associé ou compagnon, et en tenir compte. Et aussi vos enfants si vous en avez.

La reconnaissance, cela commence par vos compétences et votre efficacité. Vous avez à faire vos preuves, pour recevoir des signes de reconnaissances.

Vous vous demandez : mais toutes ces qualités et compétences, est-ce qu’une femme ne peut pas les avoir, ou les acquérir ? Bonne question. On ne voit pas pourquoi une femme ne pourrait pas être organisée par exemple, ou prendre des engagements envers soi-même et les tenir.

1 On l’attend plus d’un homme, même si un homme n’en est pas plus capable. Car quelle qu’en soit la raison, une femme attend le plus souvent d’un homme de pouvoir s’appuyer sur lui.

2 Ces qualités nécessitent d’être séparé. Le contraire d’être fusionné. Or l’homme, né du ventre d’une femme, sa mère, a besoin d’une séparation plus radicale pour aller vers un être du même sexe que sa mère, ce qu’il peut ressentir comme retourner là d’où il vient. Ce qui est serait facteur d’angoisse et rendrait la relation impossible.

Je vous suggère :

  • Travaillez vos compétences personnelles.
  • Si vous avez des retours négatifs, prenez-les comme une chance : une occasion de progresser.
  • Faites savoir ce que vous faites, vos bons résultats, avec discrétion, de préférence indirectement.

Si vous manquez de reconnaissance, actualisez et développez vos compétences.

8 Être reliant

Devenir pour autrui une référence, un point d’appui.

Vous voulez plus ? Entrainer ? Contribuer à la progression d’autrui ?

Non seulement vous faites du lien, mais vous devenez un pôle de relations, vous permettez à d’autres de faire du lien grâce à vous.

Développer une vision :

La vision de votre mission. La vision de vous-même dans cette mission. Écrivez-la. Gardez-la à portée de main. Affichez la…

Ensuite savoir établir une relation :

Les trois principes de l’entrée en relation.

  • Donner d’abord recevoir ensuite
  • Synchroniser ses émotions
  • Être authentique.
Donner d’abord, recevoir ensuite.

Stephen Covey[1] a développé cela sous la forme du compte affectif, que j’adapte ici.

  • Ecouter et comprendre l’autre. « Comprendre avant d’être compris. »
  • Faire confiance.
  • S’engager.
  • Tenir ses engagements.
  • Exprimer clairement ses attentes.
  • Être intègre : dire la vérité, quand elle est utile et sous la forme avec laquelle elle peut être entendue ; ne rien dire des absents, traiter tout le monde selon le même principe.
  • S’excuser sincèrement de vos erreurs.
  • Être courageux: ne pas craindre le conflit et sa résolution, affirmer vos valeurs, vos positions.
Synchroniser ses émotions.

C’est le processus par lequel deux personnes ou plus qui se rencontrent arrivent au même niveau émotionnel, par des interactions verbales et non verbales. Cela nécessite d’être attentif à l’autre pour réagir à son niveau émotionnel. C’est intégrer en profondeur l’existence de l’autre dans votre construction personnelle.

Être authentique.

Cela demande que vous soyez vous-même en contact avec votre intime vérité. Ce sont les sept premières conditions pour être bien : être un corps, être enraciné, être appartenant…

Alors vous devenez une référence pour ceux qui n’ont pas encore fait leur chemin jusqu’à la maturité. Vous les entrainez, et ils s’appuient sur vous pour grandir.[2]

Et maintenant ?

A vous de jouer.

Si vous n’êtes pas encore sur votre route, un travail vous attend pour la trouver et vous y lancer.

[1] Stephen COVEY : Les Sept habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent. P 306 et sq.

[2] François-Daniel MIGEON :  Invitation au leadership authentique.

About The Author

[mc4wp_form id="866"]

Articles Informations Abonnez-vous

Recevez régulièrement des articles vivants sur le masculin aujourd'hui, des informations et des conseils

Merci de vous être abonné à nos actualités. Vous recevrez bientôt nos informations et vos premiers articles.